Contrôle ou coup d’éclat

Un contrôle routier inopiné des voitures auto écoles circulant à Cergy saint-Christophe, a eu lieu le 22 mars dans la matinée.

En effet, après maintes et maintes plaintes et réclamations des auto-écoles, les autorités de tutelles semblent vouloir prendre à bras le corps le problème du travail dissimulé et illégal que nous opposent certaines sociétés de location de véhicule à doubles commandes, autant que la concurrence déloyale de ces indépendants prétendus formateurs, et des plates formes en ligne.

Est-ce un coup d’éclat, ou une réelle prise de conscience de l’état de la déliquescence de nos établissements, entraînant pour les finances publiques, une perte substantielle au titre, entre autres, de la TVA et de L’URSSAF ?

La libéralisation ne joue pas vraiment le rôle attendu

La libéralisation du permis de conduire voulut par la loi Macron partait probablement d’une intention louable, mais force est de constater que faute de suivis, de contrôles et de règles claires, elle a engendré aujourd’hui un dysfonctionnement plus grave que le mal qu’elle était censée guérir.

La concurrence déloyale

Comment peut-on qualifier par exemple un concurrent qui ne possède pas de bureau, et vient se poster en face de votre établissement avec son véhicule à double commandes, attendant la sortie de vos apprenants afin de les racoler avec des propositions tarifaires qu’il vous est impossible de contrer compte tenue de vos charges. A quel moment les autorités nous protègent-elles contre de tels comportements ?

Et que dire de ces plates-formes qui inscrivent des candidats en ligne, en leur vendant un simple pack web, sans qu’ils aient la possibilité d’assister à un seul cours de code, même en cas de nécessité. Et sans leur expliquer qu’ils risquaient de conduire avec des formateurs, des voitures, et des lieux de rendez-vous différents, et d’attendre jusqu’à six mois avant d’obtenir une date pour l’examen pratique. Où est alors la régularité dans les prises de rendez-vous le suivi pédagogique, la progression et l’intérêt du candidat.

Résultat des courses

Il faut savoir que ces dispositions et agissements ont contribué d’ores et déjà à la fermeture d’une trentaine auto-écoles dans le département 95, entre novembre 2018 et mars 2019. Mais, bonne nouvelle, certains candidats commencent à revenir vers les auto-écoles traditionnelles se rendant compte de la poudre de perlimpinpin des plates-formes en ligne, comme l’aurait dit l’auteur de la loi.